L’échinococcose alvéolaire

Réouverture des forêts depuis le lundi 11 mai.
20 mai 2020

L’échinococcose alvéolaire

L’agent pathogène responsable de l’échinococcose alvéolaire est la larve d’un ver de la famille des Taeniidae (ver plat) : Echinococcus multilocularis.

L’échinococcose est une infestation par des Taeniidés (vers plats) du genre Echinococcus, un minuscule ténia d’à peine quelques millimètres de long. Cinq espèces d’Echinococcus ont été identifiées, qui infestent un large éventail d’animaux domestiques et sauvages.

Cette maladie se transmet principalement dans le cadre d’une relation prédateur/proie. Par exemple entre renards et petits mammifères, notamment les campagnols.
Le chien, voire le chat, pourra se contaminer en ingérant des rongeurs infestés, mais aussi en se roulant dans des excréments de renards ou d’un autre hôte définitif. Il se contaminera aussi en passant dans le terrier d’un renard infecté. Il sera alors porteur sur son pelage des œufs. En léchant ses poils, il disséminera aussi les œufs dans sa gueule.

L’homme, lui, se contaminera exclusivement par voie orale. Il ingère accidentellement des œufs du parasite présents sur des végétaux (légumes, champignons, baies sauvages) ou en portant à la bouche des mains contaminées par les œufs présents sur le pelage d’animaux porteurs (chiens, chats). Pour l’Homme, seuls les œufs sont infestant; il ne peut pas y avoir de contamination interhumaine.
L’homme est considéré comme un hôte intermédiaire « accidentel ». Dans le cycle, il prend la place du rongeur tout comme d’autres espèces de mammifères.
Le parasite se développera en se fixant dans le foie et en y poussant comme une «tumeur» ayant un aspect de «nid d’abeille» (d’où son nom d’échinococcose alvéolaire).

Quelques recommandations :

– Éviter de cueillir les fruits proches du sol, et donc susceptibles d’être souillés par des déjections animales ;
– Limiter le risque de contamination des légumes dans  le  potager (grillage par exemple) ;
– Se laver les mains avant de préparer un repas ainsi qu’après avoir été en contact avec des animaux ou de la terre (jardinage) ;
– Laver soigneusement les fruits et légumes avec de l’eau potable avant de les consommer ;
– Administrer régulièrement un traitement vermifuge aux animaux domestiques (chiens, chats) est important; 
– Pour les chasseurs, porter des gants jetables (lors de la manipulation d’un renard) est une mesure de prévention efficace pour prévenir la contamination humaine (maladie des « mains sales »)