La barre d'effarouchement ou d'envol


Dans le cadre du réseau « Agrifaune», la FDC77 (en collaboration avec la FDSEA77, la CA77 et l'OFB) a fait élaborer un outil visant à réduire la mortalité de la faune sauvage : une barre d'effarouchement destinée à épargner les animaux trouvant refuge dans les couverts fourragers, les CIPAN (culture intermédiaire piège à nitrate) ou les CIV (couvert destiné à la méthanisation) en provocant leur fuite.

La protection de la faune

Certains animaux utilisent les mêmes stratagèmes de défense face aux engins agricoles que face aux prédateurs. Si l’on prend l’exemple du lièvre, ce dernier va attendre le dernier moment, voire même ne pas bouger avant le passage du prédateur pour ensuite fuir dans son dos. Dans le cas d’un engin agricole, ce dernier se fera malheureusement tué par la machine. Il était donc très important de trouver une solution efficace pour permettre au maximum la fuite avant le passage des machines agricoles pour préserver la faune présente sur les exploitations.

Partant de ce principe Brard et Sarran fabrique depuis 10 ans, en partenariat avec le FDC77, une barre d'effarouchement 6 m à repliage hydraulique, pour préserver la faune sauvage lors des travaux de broyage des CIPAN. Il existe également un modèle en 1.50 m fixe pour les travaux de pressage des andains de paille et de foins. Nous pouvons fabriquer à la demande, une barre à la largeur souhaite avec repliage à la main ou hydraulique.

Pour tout renseignement cliquez sur le lien ci-dessous

https://brard-et-sarran.com/fr/72-barre-d-effarouchement


Mise à disposition gratuite après une phase de test concluante !

A ce jour, 4 barres d'effarouchement sont mises à disposition gratuitement par la FDC77 pour vos destructions de couverts.
Pour la réservation d'une de ces barres, merci de réaliser votre demande par mail à technique@fdc77.fr .

En phase de test, 150 ha ont été broyés, à l'aide d'une barre d'effarouchement, principalement de la moutarde et des couverts composés de moutarde, de phacélie et de trèfle. Une cinquantaine de lièvres, 40 perdrix grises, 25 faisans et 3 renards ont été observés lors de ces opérations. Pour les lièvres, qui ont tendance à rester gîté jusqu'au dernier moment, les lourdes chaines de la barres ont parfaitement joué leur rôle puisque, malgré une vitesse de travail très élevée (parfois > à 12 km/h), un seul animal a été broyé.

Preuve que ce matériel est un outil indispensable pour préserver la biodiversité.