Décès d’Elisa PILARSKI : les chiens de chasse hors de cause

Communiqué de la FDC77 : Information sur le confinement
29 octobre 2020
COMMUNIQUÉ – Informations sur le confinement
4 novembre 2020

Décès d’Elisa PILARSKI : les chiens de chasse hors de cause

Alors que de nombreux médias, personnalités et associations anti-chasse avaient mis en cause la chasse à courre dans la mort de la jeune femme, le rapport d’expertise des 2 vétérinaires rendu est clair : seul l’ADN de son chien Curtis a été retrouvé sur la victime. Il est l’unique responsable des traces de morsures ayant entraîné le décès de sa maîtresse.

Le 16 septembre novembre dernier, Elisa PILARSKI, enceinte de 6 mois, avait été retrouvée morte en forêt, à la suite de plusieurs morsures canines, alors qu’elle était sortie promener son chien. Ce jour-là, une chasse à courre était organisée dans le secteur.

Rapidement, de nombreux médias, personnes et associations avaient pointé du doigt la culpabilité des 62 chiens de chasse présents ce samedi.

Hors, il n’en n’est rien : aucune trace ADN des chiens de chasse n’a été relevée ni sur la victime, ni sur la muselière de son pitbull qui aurait pu faire penser à une bagarre entre chiens.

Les comparaisons des mâchoires ne laissent aucun doute sur l’origine des morsures : «Les morsures individualisables sont compatibles avec la mâchoire du seul Curtis, et non des chiens de chasse.»

Par ailleurs, les experts relèvent le comportement dangereux du chien Curtis, pitbull importé illégalement en France, qui a été «entraîné à mordre jusqu’à ce que l’objet auquel il faisait face soit détruit».

Entraîné au mordant, le pitbull est « obnubilé par le fait de mordre, quel que soit l’objet, et ne connaît pas l’inhibition de la morsure sur les humains, même familiers » selon les experts.

Dès son admission en fourrière, Curtis avait déjà fait preuve d’un comportement dangereux en s’en prenant à une bénévole, ce qui lui a vallu 12 points de suture et un arrêt de travail de 2 mois.

L’expertise démontre que Curtis est «un chien formaté et dangereux», avec un dressage qui relève d’une « forme de maltraitance animale ».

L’expertise met ainsi nos chiens de chasse totalement hors de cause.

La chasse à courre a été à tort dénoncée et considérée comme dangereuse dans de nombreux médias, certaines personnes appelant à son interdiction et blâmant les chiens de chasse.

Jamais nos chiens n’ont été dangereux envers leurs maîtres, les enfants ou quelque autre personne. Très affectueux et dociles, nos compagnons sont très proches de leurs maîtres et font partie intégrante de leur famille. Il est important de rappeler qu’ils savent faire la différence entre le gibier et l’humain : aucun accident corporel n’a été relevé dans le monde de la chasse par nos chiens.